Paranormal

Le paranormal est un terme utilisé pour qualifier un ensemble de phénomènes supposés qui ne sont ni observables, ni explicables scientifiquement. Ces phénomènes paranormaux sont l’objet d’étude de la parapsychologie. Le préfixe « para » désignant quelque chose qui est à côté, en marge de la « normale », laquelle peut faire référence au consensus scientifique ou la normalité. Puisque ces dits phénomènes n’ont aucune preuve d’existence, l’imagination et les suppositions ont le champ libre.

Les initiateurs de la parapsychologie se sont donné comme objectif d’étudier d’une manière scientifique ce qu’ils considèrent comme des perceptions extra-sensorielles et de la psychokinèse. Malgré l’existence de laboratoires de parapsychologie dans certaines universités, notamment en Grande-Bretagne, mais aussi en France, le paranormal peut être considéré comme un sujet d’étude peu sérieux, et la parapsychologie une pseudo-science. Néanmoins il semble que davantage d’universitaires s’y intéressent, notamment grâce aux progrès de la psychologie cognitive et des neurosciences.

Le paranormal est parfois associé à des activités lucratives, comme lors du salon spécialisé « Paranormal Salon ».

Déjà les anciens Grecs avançaient des hypothèses sur ce qui serait paranormal. Les pythagoriciens croient l’air empli de démons. Démocrite expliquait les rêves par la pénétration au travers des pores du rêveur des « images » qui sont continuellement émises par des objets, dont les personnes vivantes. Il croyait aussi que les images véhiculent des représentations de l’activité mentale, des pensées, des caractères et des émotions des personnes qui leur ont donné naissance et, chargées de la sorte, elles ont le même effet que les agents vivants. Platon expliquait la divination par la « folie divine ». Il existe quatre « folies » : amoureuse, poétique, mystique et prophétique. Il associe la divination et l’âme irrationnelle. Aristote a changé de vues sur le sujet. Jeune et proche de Platon, dans le dialogue Sur la philosophie, Aristote admet la précognition et suit Platon en l’attribuant à une capacité innée de l’âme, qu’elle s’exerce soit quand elle se retire du corps lors du sommeil, soit quand elle s’apprête à abandonner le corps à la mort. Dans Éthique à Eudème, il fait remonter le succès dans la divination à une source irrationnelle « supérieure à l’esprit et à la délibération » ; il associe la capacité de l’esprit à faire des rêves véridiques au tempérament mélancolique. Dans sa Poétique il tient la divination pour un don des dieux. Dans son dernier essai sur le paranormal, De la divination par les songes, Aristote avance une théorie non atomiste, celle de stimuli externes transmis par des ondes, théorie fondée sur une analogie avec les perturbations qui se propagent dans l’eau ou dans l’air.

Les stoïciens défendent le panpsychisme. Le monde est un mélange total (krâsis di’holôn) d’un principe passif et d’un principe actif, tous deux corporels. Le principe actif est souffle, esprit (pneûma), cause, dieu, raison (logos), destin. Les stoïciens développent la théorie des sympathies et du destin. Poseidonios mêle les théories : innéisme, animisme, providentialisme. « Posidonius est d’avis que les hommes rêvent sous l’action des dieux de trois manières. D’une part, l’âme prophétise d’elle-même du fait de ses affinités avec les dieux. De plus, l’air est plein d’âmes immortelles, sur lesquelles apparaissent comme de claires empreintes de la vérité. Enfin, les dieux s’entretiennent eux-mêmes avec le mortel endormi ». Plutarque, examinant le « démon » de Socrate, émet l’hypothèse que les êtres spirituels, quand ils pensent, provoquent des vibrations dans l’air qui permettent à d’autres êtres spirituels, ainsi qu’à certains êtres doués d’une sensibilité hors du commun, d’appréhender leurs pensées. Plotin reprend la théorie des sympathies, sans le matérialisme stoïcien. Durant le Moyen Âge chrétien, le paranormal est lié aux démons, au diable. Dès 150, saint Justin attribue la magie et la divination aux démons. Paracelse avance des hypothèses multiples et embrouillées, dont celle de « lumière astrale ». Franz-Anton Mesmer, en 1779, développe la théorie du magnétisme animal. Il existerait « une influence mutuelle entre les corps célestes, la terre et les corps animés ».

Une fameuse querelle, en 1884, oppose deux médecins, Jean Martin Charcot, professeur à la Salpêtrière de Paris, à Hippolyte Bernheim, de Nancy. Charcot admet l’hypnotisme. Bernheim tient l’hypnotisme pour une simple suggestion acceptée par le cerveau. Un grand théoricien paraît avec Frédéric W. H. Myers, auteur de La Personnalité humaine. Il émet l’opinion qu’un courant de conscience roule au-dedans de nous, au-dessous du seuil de la vie ordinaire, et que cette conscience embrasse des pouvoirs inconnus, dont les phénomènes hypnotiques nous offrent un premier exemple. Avec Allan Kardec, le spiritisme propose sa propre conception du paranormal, centrée sur les esprits des défunts. Le livre des esprits date de 1857. La métapsychique commence avec William Crookes, prix Nobel de chimie 1907. On lui doit Experimental investigations on psychic force (1871). Le 20 février 1882 est fondée la Society for Psychical Research, avec F. Myers, C. C. Massey, le philosophe Henry Sidgwick. La parapsychologie naît en 1934 avec Joseph Banks Rhine, et une méthode expérimentale plus rigoureuse. Rhine crée l’expression « perception extra-sensorielle ».

Plusieurs savants, dont Olivier Costa de Beauregard lors du fameux colloque Science et conscience à Cordoue en 1979, cherchent du côté de la physique quantique. Ils retiennent du quantisme son indéterminisme, l’interaction entre observateur et observé, le paradoxe EPR (Einstein, Podolski, Rosen, 1935). Selon Rupert Sheldrake, l’esprit ne s’identifie pas avec le cerveau, mais s’étend au-delà de l’organe physique sous la forme d’un champ de perception produit par l’activité cérébrale. L’esprit est enraciné dans le cerveau mais n’y reste pas confiné et constitue un champ sensible qui interagit avec l’environnement. S’il en est ainsi, l’objet vu ne peut manquer d’être influencé par cette observation, ce qui est effectivement vérifié par l’expérience. Or, il s’agit là, d’une forme de communication, habituellement qualifiée par Joseph Rhine d’« extrasensorielle » (1934). Les expériences présentées par R. Sheldrake dans son dernier livre Le Septième Sens (2006) confirmeraient que l’homme est capable de percevoir le « poids » d’un regard dirigé sur lui, même à travers une vitre, dans le reflet d’un miroir ou par l’intermédiaire d’un circuit vidéo. Il rapproche le concept de télépathie des mouvements de groupes d’animaux (bancs de poissons ou vols d’oiseaux). Sheldrake pense que ces groupes baignent dans un même champ de conscience, selon le modèle morphogénétique, qui les unit par ce même type de sensibilité qui nous fait percevoir le regard d’autrui pose sur nous.

Source Wikipédia

Retour